Mon champs d’intérêt se porte sur la modernité et la manière dont cette dernière injecte chez l’Homme des paradoxes grandissant. Ce sont donc souvent des terrains difficiles, sans doute parce que personne n’aime la contradiction. Pourtant, je suis convaincu que le paradoxe est la signature du genre humain.

Cette complexité implique un temps avec ceux et celles que j’accompagne et dont je gagne la confiance. Ce temps est incompressible.

Dans mon travail,  j’adopte sans m’en rendre compte une posture impartiale, analytique et pourtant sensible.

« I am the dead center » W.Herzog